Un de mes coins préférés

 

Quelque part dans le Boisé du Tremblay, il y a un endroit qui refuse obstinément de se laisser photographier. C'est un affleurement rocheux peuplé d'érables rouges, de caryers ovales, d'ostryers de Virginie et de chênes rouges où vient parfois se reposer une chouette rayée. 

Il y a des grains de peaux que l'on reconnaît facilement, comme celui de l'ostryer de Virginie

Développement durable

Ce matin, j'ai voulu aller constater l'avancement des travaux du prolongement du boulevard Béliveau à Longueuil; un trait rouge dans le vert sur la photo, un pointillé sur le plan d'urbanisme, une erreur de navigation dans les GPS qui l'avaient déjà intégré dans leur calcul.

Alors, ça y est ! La ville de Longueuil va de l'avant, la conscience tranquille puisque elle a l'acceptation sociale d'une poignée de résidents locaux fatigués de rester coincés dans les embouteillages qu'ils créent, à écouter la musique de supermarché des stations FM qu'ils choisissent de syntoniser. Pourtant, c'est en pure perte (de milieux naturels), car on le sait maintenant avec le recul: construire une route, c'est augmenter le trafic routier, pas le réduire (voir ici). 

2015
2021

Pour rendre durable, ce nouveau développement, la ville met de l'avant l'aménagement d'un corridor faunique; comprenez un tunnel sous le boulevard permettant le libre passage des animaux dans leur environnement de plus en plus morcelé. L'intention est louable et il ne restera plus qu'à convaincre ladite faune d'emprunter ce corridor et lui expliquer que la ligne droite, si elle est encore le chemin le plus court, n'est pas forcément le plus sûr. Il faut croire que c'était plus facile que de convaincre les résidents d'utiliser les transports en commun.

Quand aux rainettes faux-grillons (une espèce soi-disant protégée) qui vivaient sur le passage du boulevard, elles sont mortes. Les autres, celles qui vivent dans le quadrilatère de milieu humide restant (en dessous du trait rouge), il faudra qu'elles composent avec les rebuts de gazon, les pneus d'hiver usagés et autres déchets que les riverains ne manquent pas de jeter dans le bois, sans négliger l'agrandissement des cours arrière par l'abattage des arbres et leur remplacement par du gazon ou des végétaux exotiques. Pour finir, on arrosera de Bt parce que les milieux humides sont des nids à moustiques incompatibles avec l'apéro sur la terrasse. 

Les pots étaient probablement trop lourds pour leur faire passer l'hiver à l'intérieur. Peu importe, on en rachètera l'année prochaine. 
Riches et analphabètes

Un 7 octobre dans le Boisé du Tremblay

Hier dans le boisé, il y avait un scarabée pressé et un oiseau furtif, et dans le jardin, une voleuse de fruits.

Un nécrophore dont l'espèce reste à déterminer
Un Bruant de Lincoln
Une grive solitaire amatrice de pimbina

Dommage collatéral

Je ne sais pas ce qu'avaient les couleuvres hier, mais nous en avons croisé quelques unes, des "rayées" et des "à ventre rouge", en pleine traversée de ce désert que représente pour elles le chemin de gravelle. Peut-être profitaient-elles comme nous de la douceur exceptionnelle de ce début d'automne pour aller faire un dernier tour avant de rejoindre leur hibernacle.

Le hasard ne faisant pas toujours bien les choses, c'est cette journée qu'ont choisi les cantonniers pour faucher les bas-côtés et tout ce qui s'y trouvait.

Un 4 octobre dans le boisé du Tremblay

Un miaulement dans un buisson ne signale pas toujours la présence d'un chat; ce peut aussi être un moqueur chat. Hier, nous avons trouvé celui-là qui se nourrissait dans une vigne vierge en compagnie d'une grive trop vite entrevue pour l'identifier. 

Pensant qu'il était peut-être un migrateur en retard, j'ai interrogé le site ebird, une source intarissable d'informations sur les oiseaux. En tapant "moqueur chat" et "Longueuil, Qc, Ca", le site m'a sorti un graphique à bandes montrant que les effectifs de cette espèce ne commençaient à diminuer qu'à partir du 1er octobre. Il est donc largement dans les temps.

Le concombre sauvage dans toute sa déhiscence

Si, au cours de vos promenades, vous avez croisé des fruits verts, ovoïdes et épineux, suspendus à des branches, vous savez à quoi ressemble le concombre sauvage (Echinocystis lobata), ou concombre grimpant. Bien qu'il soit de la même famille que le concombre cultivé (Cucumis sativus), celle des cucurbitacées, le sauvage n'est pas comestible. Et si vous avez manqué la floraison, vous pouvez aller faire un tour ici.   

Je ne m'étais jamais interrogé sur la dissémination des graines du concombre sauvage, mais hier, en me promenant dans le boisé du Tremblay où il y en a beaucoup, la réponse s'est imposée. Il se trouve que le concombre sauvage pratique la barochorie ou autrement dit: les graines sont mues (-chorie) par la gravité (baro-).

Les parois du fruit qui pend au bout de son pédoncule s'ouvrent du côté sol en se retroussant et, ce faisant, laissent tomber quatre grosses graines. Je ne suis pas resté assez longtemps pour voir ce qu'elles devenaient, mais si elles devaient être mangées par un animal, on basculerait dans l'endozoochorie (inutile de faire un dessin).

Un premier octobre À North Bay (Ontario)

Escale à North Bay, une petite ville ontarienne sans autre charme que ses zones de conservation de la nature arrachées aux promoteurs immobiliers et aux industries locales; encore un endroit où l'on mesure sa virilité - c'est valable pour les femmes aussi - à la taille de son pick-up et au bruit que fait son moteur. À North Bay comme ailleurs, j'ai l'impression que même les pieds dans l'eau et les toits emportées par  des tornades, on se lamentera sur le dérèglement climatique sans soupçonner que l'on y est pour quelque chose.

Après avoir trouvé un motel au bord du lac Nipissing, nous allons nous dégourdir les jambes dans un petit parc résidentiel juste à côté. Sur la rive, il y a justement un "flock" de pipits d'Amérique en migration qui se ravitaillent dans le gazon, un grand chevalier, un grèbe esclavon et cinq cygnes trompettes au large. C'est pas si mal, North Bay.

Grand Chevalier