Encore quelques beaux jours

Même si cela sonne comme un aveu de résignation devant le rougissement des feuilles, je préfère m'attarder sur les signes d'un été qui ne renonce pas à fleurir. C'était hier, le 14 septembre, au parc des Étangs-Antoine-Charlebois dont la biodiversité ne cesse de me surprendre. La municipalité de Sainte-Julie a décidément très bien fait de le soustraire aux chasseurs et aux 4x4, même si je me doute que cela n'a pas dû être facile et qu'il y a encore beaucoup de travail à faire.

Gérardie appauvrie
Spiranthe penchée
Physostégie de Virginie


Coquillages et crustacés

Source: Dinosaurpictures.org

Enfant, je profitais des vacances au bord de la mer pour ramasser des coquillages sur la plage et pêcher le crabe à marée basse. Aujourd'hui, je continue à la faire et même si la mer s'est retirée depuis 453-454 millions d'années, je trouve encore des coquillages.

Ainsi, cet été, je suis allé me promener, pas tout à fait par hasard, au pied de la chute-aux-galets à côté de Saint-David-de-Falardeau (Québec).

Eh bien, en partant des rives de la rivière Shipshaw et en remontant vers les chutes par le petit sentier en sous-bois, on voyage à travers une époque appelée l'ordovicien supérieur et on peut rencontrer des créatures surprenantes: des brachiopodes, des crinoïdes et même des trilobites, qui peuplaient une mer maintenant disparue. Il suffit de baisser les yeux et de s'y intéresser.

Brachiopodes et crinoïdes en coupe transversale
Brachiopodes
Crinoïde

Un spécialiste de l'inutile

Je ne sais pas quel est le nom de ma maladie, mais il faut toujours que je fasse des choses qui n'intéressent pas grand monde et qui ne rapportent rien. Par exemple, j'ai toujours fait de la botanique, en amateur le plus souvent, en plus savant pendant mes études alors que j'hésitais encore entre l'animal et le végétal avant de trouver une espèce de compromis dans la pharmacologie.  

Dans cette même veine, j'ai entrepris depuis quelque temps de remettre à jour les clés d'identification et la nomenclature de la flore Laurentienne; un travail de moine motivé par l'abandon de la botanique sur papier par les éditeurs francophones d'Amérique et par ma curiosité pour les plantes que je croise sur le chemin. N'étant plus capable de leur donner un nom correct autrement qu'en anglais et n'aimant pas dépendre de l'écran d'une tablette illisible en plein soleil et inutilisable sous la pluie (quand sa batterie n'est pas déchargée), j'ai sorti ma vieille flore de la bibliothèque et j'ai commencé à scanner toutes les clés d'identification des familles et des espèces, en disant: "on verra bien". 

Résultat après correction fastidieuse de l'OCR (Optical Character Recognition), j'ai obtenu une flore Laurentienne de base (aucune illustration, juste des clés), au format word, qui pèse beaucoup moins lourd dans mon sac à dos, mais qui ne me permet pas encore de reconnaître toutes les nouvelles plantes ni de nommer exactement toutes les anciennes qui ont parfois changé de genre et de famille.

La prochaine étape, déjà commencée, est de mettre à jour la nomenclature et d'indiquer les nouvelles espèces québécoises pour chaque famille, sans préciser (en tout cas pas systématiquement pour l'instant) les caractères permettant de les distinguer. Cela peut quand même donner, même dans une petite famille comme les aracées, de gros changements 

ARACÉES de la Flore Laurentienne
1-Feuilles composées
    2-Feuilles 2, trifoliolées. 
        3- Feuilles glauques inférieurement, à folioles elliptiques-ovées, généralement arrondies à la base; spadice gonflé; spathe à limbe plan, à languette brusquement élargie au-dessus du tube; sols riches et frais Arisaema atrorubens
        3- Feuilles non glauques inférieurement, à folioles généralement rétrécies à la base; spadice peu gonflé; spathe rayée de vert et de blanc, à limbe ondulé-plissé, à languette peu et graduellement élargie au-dessus du tube; sols tourbeux et très acides A. stewardsonii 
    2- Feuille solitaire, 7-1l-foliolée A. dracontium 
1-Feuilles simples 
    2- Feuilles cordées ou ovées; spathe colorée, non foliacée. 
        3-Feuilles (long. 3-10 cm); spathe ouverte, blanchâtre Calla palustris 
        3-Feuilles (long. 30-100 cm); spathe fermée, d’un pourpre brunâtre Symplocarpus foetidus 
    2-Feuilles linéaires; spathe foliacée, paraissant prolonger la hampe Acorus calamus 
    2-Feuilles sagittées; spathe verte Peltandra virginica 

ARACÉES d'aujourd'hui
1-Plante thalloïde (sans feuille ni tige) 
    2-Plante sans racine 
        3-Thalle ovoïde ou globuleux Wolffia columbiana 
        3-Thalle en forme de carène Wolffia borealis 
    2-Plante avec racines 
        3-Thalle rougeâtre sur la face inférieure, muni de 7-21 racines et d’une feuille engainante traversée par 1-2 racines Spirodela polyrriza 
        3-Thalle normalement vert à la face inférieure, muni d’une seule racine 
            4-Thalle (long : 6-18 mm) mince, sinué-crénelé, longuement stipité, submergé, nageant seulement à la floraison; thalles latéraux restant attachés au thalle principal par un cordon vert et fin Lemna trisulca 
            4-Thalle (long : 1-6 mm) sessile ou presque, entier, nageant pendant tout l’été
                5-Racine jusqu’à 3,5 cm de long, pointue, munie d’une papille à l’apex et d’une gaine ailée à la base Lemna perpusilla 
                5-Racine jusqu’à 15 cm de long, arrondie à l’apex, sans gaine ailée à la base; thalle parfois ponctué 
                    6-Plante munie de petits turions verts ou brunâtres (diam 0,6-1,6 mm); thalle à coloration rougeâtre sur la face inférieure possédant une ligne de papilles le long de la nervure médiane Lemna turionifera 
                    6-Plante sans turion; thalle vert inférieurement sans ligne de papilles Lemna minor 
1-Plante avec une tige et des feuilles
    2-Feuilles composées 
        3-Feuilles à 3-5 folioles Arisaema triphyllum 
        3-Feuilles à 5-13 folioles Arisaema dracontium 
    2-Feuilles simples 
        3-Spathe blanchâtre Calla palustris 
        3-Spathe pourpre brunâtre; feuilles cordées Symplocarpus foetidus 
        3-Spathe verte ; feuilles sagittées Peltandra virginica

Au ras des pâquerettes

Après la rencontre au sommet d'hier, en voilà une au ras des pâquerettes... ou devrais-je dire des vesces jargeaux (Avec ou sans x ? Nom propre ou adjectif ? Je n'ai pas trouvé la réponse, tout le monde évitant prudemment d'utiliser le pluriel). 
     

Rencontre au sommet

C'était le 27 août dernier dans le parc national des Monts Valin. Il avait neigeoté durant la nuit, le plafond était bas, mais nous étions décidés à faire la randonnée des sommets. Et puis, comme le dit une maxime ramenée d'Europe du Nord par des amis: "il n'y a pas de mauvais temps, seulement des mauvais vêtements". 

Partis tôt comme d'habitude pour éviter l'agitation bruyante de nos congénères, nous sommes arrivés, la tête et le reste dans les nuages, au pic de la Hutte. Tant pis pour le point de vue qui aurait pu être la cerise sur le sundae, mais nous étions là pour la nature et nous en avons eu.

Alors que nous nous apprêtions à redescendre, notre marche a été interrompue par l'irruption au bord de la passerelle d'une famille de neuf Tétras du Canada. C'était la deuxième fois que j'observais cette espèce; la première étant 15 minutes plus tôt en montant, probablement le même groupe. Puisque nos routes voulaient se croiser, nous nous sommes assis sur les marches de la passerelle pour laisser passer la troupe et profiter du spectacle. Aussi curieux, mais plus grégaire que nous, la famille a fini par nous rejoindre, tout en picorant à droite et à gauche bleuets et quatre-temps, puis a décidé de marquer une pause avec nous. Nous n'avions jamais été témoin auparavant d'un tel rapprochement délibéré de la part d'animaux autres que les puces, les poux et quelques autres parasites. C'est, plus tard, en nous renseignant sur l'espèce que nous avons appris que ce comportement était particulier aux tétras du Canada. Il a même été mis à profit par les chasseurs qui les tuaient avec un bâton (que peut-on espérer d'autre de l'homme ?)  

Les Monts Valin


Eric Gaba + YanikB / CC BY-SA
C'est le nom que l'on donne à cette chaîne de petites montagnes, au nord du fjord du Saguenay, qui culmine à 984 mètres au pic Dubuc. Les monts Valin ne sont qu'une infime partie du massif des Laurentides qui borde toute la rive Nord du Saint-Laurent et s'étend de l'Outaouais jusqu'au Labrador. Usées par le temps et des glaciers disparus, on a du mal à croire que ces montagnes ont déjà été aussi hautes que l’Himalaya, peut-être plus. C'était il y a un milliard d'années sur un supercontinent d'avant la Pangée appelé Rodinia. Depuis, bien des océans se sont ouverts et refermés, et beaucoup d'eau et de glace ont coulé. De la splendeur des Laurentides d'autrefois, il ne reste plus que leur socle de roches magmatiques. 

Mais bon, il n'y a pas que la taille qui compte, et à 48° de latitude nord, sous un climat continental, même à 900 mètres d'altitude, la température annuelle moyenne ne dépasse pas les -2°C et il tombe 5,5 mètres de neige par an. Rien d'étonnant alors que 65 % des plantes soient  boréales et que 5 % soient alpines.




Dans la nuit du 24 août à Saint-Fulgence (Québec)

Dans la campagne de Saint-Fulgence sur la rive nord du fjord du Saguenay, au cœur de la sapinière à bouleau jaune, la faune nocturne qui approche des habitations est jusqu'à présent la même que celle de la grande banlieue de Montréal. 

Le Monarque de l'année...

...est passé hier dans le jardin. Un ou deux par an, c'est la fréquence à laquelle ils nous rendent visite, et ce malgré le soin que nous portons aux asclépiades de notre jungle. Les plantes y sont venues spontanément, mais nous les entretenons pour deux raisons: elles sentent bon et elles sont les hôtes indispensables des larves de ce papillon qui n'a pas la vie facile. L'une des principales menaces du monarque est encore une fois l'être humain qui considère l'asclépiade comme une nuisance pour son agriculture.   

Le papillon d'hier se nourrissait dans des eupatoires avant de reprendre son chemin pour rejoindre ses congénères dans les forêts montagneuses du Michoacan, au Mexique, un voyage d'environ 4000 kilomètres qu'il va faire d'une traite pour aller se reproduire. Ses descendants moins pressés feront le voyage retour en 4 ou 5 générations. 

Celui du jardin est né au Québec; comment connait-il la route à suivre ? Idem pour ceux nés au Mexique. Et ceux nés sur le chemin du retour qui ne connaissent ni le Canada ni le Mexique, pourquoi décident-ils de partir vers le nord plutôt que vers le sud ? Des réponses émergent, mais il y a encore beaucoup à découvrir.

En vue de l'hiver

C'est bien beau de faire pousser, mais vient le moment de récolter et de faire sécher. Une pièce fermée, un cadre de bois recouvert d'une moustiquaire et un déshumidificateur réglé à 40 % d'hygrométrie font la job. Cet hiver, on se fera des tisanes de monardes écarlates, fistuleuses, d'hysope et de lavande. On se garde la sarriette et l'origan pour la cuisine.

Évidemment, on ne cueille pas tout; il faut bien en laisser aux butineurs et surtout aux colibris qui se préparent à migrer et qui apprécient particulièrement les fleurs tubuleuses des monardes...pour les mêmes raisons que nous. 

À table !

Au coin de la terrasse, il y a un bouquet de verges d'or du Canada; ce qu'on appelle ailleurs des mauvaises herbes tant elles sont abondantes et gratuites. Nous en avons quelques unes de cette engeance dans le jardin, mais celles-là, j'ai beaucoup de mal à les tenir en place. Ce sont des plantes des grands espaces faites pour vivre en liberté, qui émettent de nombreux rhizomes traçants. 

Néanmoins, c'est un mal auquel je ne renoncerais pas facilement et qui trouve sa récompense quand elles fleurissent au mois d'août. Non seulement elles illuminent nos repas, même en plein jour quand le soleil est haut, mais tous les hyménoptères des environs s'y retrouvent. Guêpes, abeilles et bourdons de toutes les tailles et de toutes les couleurs nous offrent alors un incroyable ballet aérien. 

Évidemment, comme tous les enfants qui ne cessent de se demander pourquoi et comment, toute cette diversité attise une curiosité qu'il me faudra bien combler...Encore des  livres.

Pauvres mouffettes !

Ce matin, au parc des îles de Boucherville, nous avons eu le plaisir d'observer deux jeunes mouffettes rayées (Mephitis mephitis) en train de jouer dans l'herbe. Deux jeunes, parce que la saison des amours est en février et en mars et que le reste du temps, la moufette est un animal plutôt solitaire. Les mouffettes naissent en mai, sont sevrées 7 semaines plus tard et sont en âge de se reproduire à 7 mois. 

Bien qu'on les accuse des pires maux - elles véhiculent la rage et vous arrosent d'un liquide pestilentiel si vous les approchez trop près - ce sont des animaux plutôt nonchalants qui feront semblant de ne pas vous avoir vu si vous croisez leur route.  Il faut vraiment le vouloir ou bien tomber sur une mouffette de mauvais poil pour se faire arroser. J'en ai poursuivi, j'en ai surpris devant ma porte en sortant de chez moi, j'en ai capturé accidentellement et relâché, et rien n'y a fait; je n'ai jamais suscité chez elles le moindre sentiment d'hostilité ou de rancune justifiant de m'asperger de leur parfum si redouté.   

Thuya

Thuya occidentalis (Cupressacées) est aussi appelé Arbre de vie, Balai, Cèdre, Cèdre blanc, Cèdre du Canada, Thuier cèdre ou Thuya occidental.

Le thuya occidental est un conifère de l’est de l’Amérique du Nord. Son feuillage a la forme d’écailles vertes imbriquées les unes dans les autres. Il pousse dans les zones humides sur des sols calcaires généralement pauvres en humus. Utilisé comme arbre d’ornement, il a été introduit en Europe et a donné naissance à plusieurs variétés horticoles.

Le thuya occidental serait l’Arbre de vie (arbor vitae) évoqué dans les récits de Jacques Cartier. Il a été baptisé ainsi par l’explorateur après que les amérindiens aient guéri les membres de son équipage qui souffraient de scorbut en leur faisant boire des infusions d’écorce et de feuilles.

On utilise les feuilles et l’écorce, qui sont antibiotiques, antifongiques, anti-inflammatoires, antitumorales, antivirales (antiherpétiques), décontracturantes, diurétiques, emménagogues et sudorifiques.

Le thuya entre dans la composition de certains produits vendus pour éliminer les verrues.

Parmi les principes actifs du thuya, on trouve:

  • Une huile essentielle (0,6 % de la matière fraîche et 1,4 à 4 % de la matière sèche) à forte teneur en thuyone : 65 % de l’huile essentielle dans la matière fraîche (soit 0,39 % de la matière fraîche) et 60 % de l’huile essentielle dans la matière sèche (soit 0,84 à 2,4 % de la matière sèche). La thuyone est un neurotoxique.
  • Des flavonoïdes.
  • Des polysaccharides. 

Contre les rhumatismes, la dysménorrhée, la rétention d’eau, la cellulite, l’énurésie, l’inflammation des voies urinaires (cystite, prostatite), les infections des voies respiratoires et les parasites intestinaux.

  • Décoction (2 min) de 3 g de feuilles ou d’écorce dans 150 ml d’eau, jusqu’à 3 fois par jour.

Contre les papillomes, les verrues, les polypes et les rhumatismes.

  • Cataplasme de feuilles fraîches.

En raison de sa forte teneur en thuyone, le thuya ne devrait pas être consommé par les enfants ni par les femmes enceintes ou qui allaitent. Par ailleurs, le manque de données cliniques et toxicologiques devrait inciter à la prudence quant à son utilisation : pas d’usage prolongé de la plante et en petites quantités.

À titre indicatif, la dose journalière admise de thuyone pour un être humain est de 0,11 milligrammes (mg) par kilo (poids de la personne) et par jour. En Europe, la teneur maximale autorisée dans les boissons alcoolisées ou non est de 35 mg par litre.

Références
  • Luauté, J. P., Saladini, O., & Benyaya, J. (2005). Neuropsychiatric toxicity of absinthe. History, current data. Annales Medico-Psychologiques, 163(6), 497–501. https://doi.org/10.1016/j.amp.2005.05.003
  • Lachenmeier, D. W., & Uebelacker, M. (2010). Risk assessment of thujone in foods and medicines containing sage and wormwood - Evidence for a need of regulatory changes? Regulatory Toxicology and Pharmacology, 58(3), 437–443. https://doi.org/10.1016/j.yrtph.2010.08.012
  • Naser, B., Bodinet, C., Tegtmeier, M., & Lindequist, U. (2005). Thuja occidentalis (Arbor vitae): A review of its pharmaceutical, pharmacological and clinical properties. Evidence-Based Complementary and Alternative Medicine, 2(1), 69–78. https://doi.org/10.1093/ecam/neh065

Un 27 juin dans le marais de la rivière-aux-cerises

Grenouille verte


J'ai déjà parlé du marais de la rivière-aux-cerises, en bordure de Magog en Estrie. Rien n'a changé en trois ans; la promenade sur la passerelle qui traverse le marais et la rivière est toujours aussi agréable et riche en découvertes.  

Grand nénuphar jaune
Pain-de-perdrix
Une éphémère de l'espèce Hexagenia limbata, gentiment identifiée par la communauté de iNaturalist.org

Un 8 août au parc régional Saint-Bernard

Sous ce nom au charme typiquement administratif, se cache une forêt mystérieuse de Thujas de l'Ouest et de Pins blancs qui plonge ses racines dans un affleurement rocheux formé il y a 470 à 485 millions d'années par le dépôt de sédiments au fond d'une mer fermée, chaude et peu profonde, peut-être une lagune, en bordure du continent Laurentia. 

La forêt de la Montagne-à-Roméo - c'est ainsi que les résidents appellent cet affleurement - est peuplée d'étranges créatures qui pourraient passer pour des sculptures de métal si on ne connaissait pas la légende de ce lieu chargé d'histoire. 

Il y a fort longtemps, la montagne Saint-Bernard (un autre de ses noms) était le domaine de Malot, un hermite qui avait le don de divination. Peu enclin à en faire profiter les autres et avare de sa tranquillité, il avait protégé sa solitude par un sort ayant la forme d'une énigme. La résoudre vous donnait l'accès à ses révélations, échouer vous condamnait à la pétrification.

Évidemment, comme chacun le sait, toutes ces légendes ne sont que l'interprétation fantasmée d'une réalité que nous ne pouvons expliquer. Ici bien sûr, il n'y a pas de réelle pétrification. Non, si vous ne répondez pas à l'énigme de Malot, dont l'âme a traversé les siècles et se fait aujourd'hui appeler Glenn LeMesurier, vous serez tout simplement transformé en objet d'art. Ce n'est pas plus compliqué que ça.

Force est de constater que le sort est toujours aussi puissant puisque rien n'y personne, pas même le bourdonnement lointain de la civilisation, n'est venu troubler notre promenade. À l'issue pourtant, un mystère persiste: d'où venait ce doux parfum de miel qui par deux fois a capté notre attention ?


Tout pour plaire


L’œillet de poète était dans le jardin avant que nous nous y installions. Je ne m'attendais pas à l'y trouver puisque cette plante pousse habituellement dans le sud de l'Europe. Il faut croire que son caractère  montagnard  lui permet de passer à travers les hivers québécois.


Évidemment, il y est toujours; comment résister à ses charmes ? La fleur est belle et la floraison abondante. Les couleurs varient d'une plante à l'autre et changent avec les années selon les croisements que les abeilles décident de produire. Si je m'étais appelé Gregor Mendel, je crois que je l'aurais utilisé de préférence au pois pour établir les première lois de la génétique.
En cherchant l'origine du nom dans l'internet, je suis tombé sur des tas de pages m'expliquant comment la cultiver. Peine perdue, je vais vous donner mon secret: ne faites rien. Résistez à l'envie de la couper quand elle est fanée, laissez la fructifier (elle vous remerciera en produisant de nombreuses petites graines), laissez-les se répandre à terre. 
Si l'envie vous prend de la déménager, l'effort à produire est à peine plus important. Prenez le fruit sec (il s'ouvre par le haut), renversez-le et laissez tomber les graines là où vous voulez des fleurs. C'est tout.
Comme c'est une bisannuelle, ne vous attendez pas à avoir des œillets la première année. Elle commence par préparer le terrain en faisant des rosettes de feuilles. Elle fleurit l'année suivante, puis elle meurt.
Avec cette facilité de reproduction, on pourrait croire que la plante est envahissante. Pantoute. Une année, elle a fait une tentative d'évasion dans le bois derrière la clôture; l'année suivante, il n'y en avait plus. C'est une poétesse, pas une guerrière. 





Une année de grenouilles

Grenouille des bois
Le jardin comme la nature dont il s'inspire est une véritable horloge. Plus il contient de vie, plus la lecture du temps y est précise. Les germinations, le débourrement des bourgeons, la chute des feuilles, les floraisons qui s’enchaînent au fil des espèces, celles qui ne durent qu'une journée comme les chicorées ou les hémérocalles, ou même une matinée comme le salsifis, les plantes héliotropiques comme le tournesol qui tournent avec le soleil, les fruits qui mûrissent, les graines emportées par le vent...
Sans oublier les animaux ! Le cardinal rouge qui vient manger entre chien et loup, l'écureuil gris aux petites lueurs du jour, les oiseaux migrateurs qui arrivent, passent ou partent à dates presque fixes, les mouffettes qui labourent les pelouses au printemps, les fourmis qui essaiment à la fin de juillet, les coccinelles asiatiques qui se rassemblent en octobre et envahissent les maisons, les cerfs de Virginie qui commencent à se rapprocher des maisons et des haies de thuyas au mois de janvier, autant d'aiguilles qui indiquent le jour et l'heure.

Le prince des grenouilles vertes, pas assez charmant pour être embrassé

Il y a aussi le cycle annuel des grenouilles qui commence avec le chant de la rainette crucifère à la fin d'avril. À cette saison, il n'y en pas plus qu'une ou deux dans le jardin et nous ne les voyons jamais. Les autres, des centaines ou peut-être plus, sont dans le bois voisin et le marais à une centaine de mètres. À leur chant, finit par se mêler celui des crapauds d'Amérique et des grenouilles des bois. Ils nous bercent pendant une quinzaine de jours, puis plus rien jusqu'à la fin juin.

2011, une bonne année avec 94 grenouilles vertes
Grenouille léopard
C'est à ce moment que les grenouilles commencent à arriver au bassin, poussées par l'assèchement du bois. La première à se montrer est la grenouille verte ou celle des bois; c'est selon. Les vertes ne s'éloignent pas de l'eau; elles se tiennent sur les nénuphars, les souches et les pierres qui bordent le bassin, jamais plus loin. Plus l'été avance, plus elles sont nombreuses, jusqu'à une centaine, certaines années.
Les grenouilles des bois sont moins nombreuses, peut-être une dizaine tout au plus. Elles aussi restent à proximité de l'eau, mais moins dépendantes, elles peuvent s'en éloigner jusqu'à deux ou trois mètres.
Vient ensuite le temps des crapauds d'Amérique, vers la mi-juillet. Discrets, ils ne viennent qu'exceptionnellement au bord du bassin, jamais dans l'eau. Nous les trouvons en jardinant.

Rainette crucifère...ou voltigeuse
La même à son balcon
Puis, vers la fin de juillet, c'est au tour des grenouilles léopards d’apparaître. Elles ne semblent avoir aucune attirance particulière pour l'eau et se promènent un peu partout dans le jardin, évitant les pas d'un bond stratégique. Enfin à la mi-août, nous commençons à voir les rainettes crucifères qui chantaient au printemps. Excellentes grimpeuses, elle se réfugient en hauteur et on les retrouvent parfois collées dans les fenêtres ou cachées dans la boite d'épingles à linge.
L'année des grenouilles s'achève au mois de novembre lorsque les "léopards" se collent les unes contre les autres pour capter la chaleur emmagasinée par les pierres du bassin.  

Un premier août sur le mont Saint-Grégoire


C'est en arrivant au pied de cette colline montérégienne que je me suis rendu compte que je n'y étais jamais venu. Oubli corrigé. Après tout, ce pluton de 125 à 145 millions d'années, témoignage du passage du Québec sur un point chaud, ne fait que 250 mètres d'altitude et on ne part pas de zéro.
Pour arriver à son sommet et à son inévitable relai d'antennes microondes, il faut traverser une belle érablière à caryer et à tilleul. À en juger par les cabanes à sucre qui assiègent le mont, les érables sont en santé. Arrivé tôt pour éviter la cohue, nous n'avons pas vu grand chose à part cette gesse des bois et une bande d'urubus à tête rouge qui jouaient dans les thermiques.

Festival des couleurs


Cette année, les couleurs de l'automne ont pris un peu d'avance dans le boisé du Tremblay et j'ai comme l'impression qu'il n'y a pas que les feuilles qui vont tomber. Tous ces points orange sur trois kilomètres, ça n'use pas que les souliers des scouts, ça entame aussi le moral du naturaliste.
Il faut croire que le responsable de l'environnement de la ville de Longueuil, fort de son Master of Business Administration et pressé par le citoyen craintif que les arbres lui tombent sur la tête (mais pas que le coronavirus pénètre dans ses poumons, sinon il porterait un masque), a décidé qu'il fallait couper tous les frênes morts ou mourants.
Et tant qu'à faire, on coupera large. Forcément, un MBA connaît l'économie d'échelle, à défaut de l'écologie d'une forêt et de l'intérêt des arbres morts pour la faune locale; pensons juste aux pics qui y nichaient au printemps.