Escapade en Estrie (2/2)

Le mont Pinacle surplombe le lac Lyster; on y monte par un sentier à l'ombre d'une érablière.

Après la tourbière de Johnville et ses sabots de la vierge (voir le billet précédent), la route nous a conduit au mont Pinacle qui, comme l'acception géologique du terme l'indique, est un piton rocheux au coeur des Appalaches québécoises. Situé près des lignes américano-canadiennes, nous avions prévu d'y monter pour admirer la vue sur les Appalaches états-uniennes; un peu comme si nous jetions un coup d'oeil par-dessus la clôture. 

Du mont Pinacle, on a une vue sur le Vermont (EUA)

Avec ses 675 mètres d'altitude, le mont Pinacle n'est peut-être pas très impressionnant, mais il a une très longue histoire à raconter. En fait, le piton d'aujourd'hui fait partie d'un vieux pluton (le pluton Averill) mis au jour par l'érosion glaciaire. Comme tous les autres de son espèce, il est né d'une poche de magma qui remontait du manteau terrestre et s'est cristalisée avant d'atteindre la surface.

Cela s'est produit il y a environ 400 millions d'années au cours de la deuxième des trois phases d'érection des Appalaches: la phase acadienne qui correspond à la collision entre le continent Laurentia et le microcontinent Avalonia. À cette époque, la subduction des plaques a produit de nombreux plutons que l'on retrouve tout au long des Appalaches jusqu'à Terre Neuve. Une carte visible ici montre les plutons de l'est du continent américain en rouge et donne un aperçu de l'ampleur du Averill (Av). À cheval sur le Québec et le Vermont; il mesure environ 21 km de large au niveau de la frontière.

À l'ordovicien (480 millions d'années), Iapethus a atteint son ouverture maximale. Le continent Avalonia s'écarte de l'ancien supercontinent Rodinia et commence sa migration vers le nord.
Au silurien (440 miliions d'années), Iapéthus se referme. Avalonia est entré en collision avec le sud de Baltica et se dirige vers Laurentia. Un arc d'îles volcaniques créé au coeur de l'océan Iapéthus par le mouvement des plaques est déjà entré en collision avec Laurentia; c'est la naissance des Appalaches.
Au dévonien (400 millions d'années), la rencontre entre Laurentia et Avalonia élève les Appalaches et fait disparaître définitivement Iapéthus; la côte orientale de Laurentia est alors baignée par l'océan Rhéïque, mais cela "ne durera pas".   

Les cartes sont extraites du site PALEOMAP: 
Scotese, C.R., 2002, http://www.scotese.com, (PALEOMAP website).
Mais trêve de blabla géologique et revenons aux choses sérieuses. 
En redescendant du mont Pinacle, nous avons croisé la route d'une paruline bleue descendue de son érable pour venir nous pousser la chansonnette et sur le lac Lyster, en contrebas, il y avait un couple de plongeons huards qui profitait de l'heure matinale pour faire le tour de son domaine avant l'invasion des motomarines et des pontons à moteur.

Escapade en Estrie (1/2)

C'était noté dans l'agenda: "retourner à la tourbière de Johnville dans la première quinzaine de juin pour voir les orchidées". Quand la nature vous donne rendez-vous, il faut être à l'heure, mais ne pas s'offusquer si elle décide de ne pas y être. 

Nous nous sommes donc dirigés vers le parc écoforestier de Johnville pour la première étape de notre escapade de deux jours dans les Cantons de l'Est. La tourbière était en fleurs, mais à part les éricacées habituelles, nous n'avons trouvé aucune autre orchidée que les sabots de la Vierge; ce qui n'était déjà pas si mal.

En parcourant la passerelle, nous avons eu l'impression que la tourbière souffrait de la déshydratation générale de ce début d'année, au moins en surface. La sphaigne habituellement verte ou pourpre était jaunie et s'effritait entre les doigts. Les sarracénies pourpres manquaient à l'appel et nous n'avons perçu aucun signe de la paruline à couronne rousse dont c'est pourtant l'habitat.

Calla des marais
Médéole de Virginie
Lycopode dendroïde

Première récolte

Sureau du Canada
Sureau du Canada
Grande camomille
Grande Camomille

Le sureau (Sambucus canadensis) et la camomille (Tanacetum parthenium) sont en fleurs; c'est le temps d'en récolter une partie. On en laissera au sureau pour avoir des fruits et faire de la gelée, et à la camomille pour avoir des graines à resemer au cas où.

Grosse journée au Beach club

Paruline du Canada

Cette semaine, c'était le lancement officiel de la saison 2021 du Beach club de Longueuil, que l'on ne présente plus (ici et ). Côté vedettes, la production avait invité du "lourd" cette année avec nulle autre que la paruline du Canada.

C'est la deuxième fois que nous la voyons au jardin en 18 ans, et presque aussi souvent en nature. Le Cosepac (Comité sur la situation des espèces en péril au Canada) lui a donné le statut d'espèce préoccupante en 2020 en raison d'une remontée lente mais constante de ses effectifs depuis 2012.

Rattrapé par ses démons

Le bouleau verruqueux: une nuance de vert au milieu des autres

Le plus gros arbre du jardin est un bouleau. Il était là quand nous sommes arrivés, mais il n'est pas venu tout seul puisqu'il s'agit d'un bouleau verruqueux (Betula pendula) qui pousse normalement en Europe. C'est l'arbre qui nous fait de l'ombre quand nous mangeons, lisons et prenons l'apéro, et auquel nous accrochons le hamac quand il fait trop chaud pour faire autre chose qu'une sieste; c'est pour dire à quel point il est important. 

Nous en prenons grand soin; c'est-à dire que nous y touchons le moins possible. Il y a quelques années, il avait une vilaine cicatrice dans le tronc qui se remplissait d'eau à chaque pluie et se creusait au lieu de se refermer. J'ai fini par forer un trou dans le bas de la cavité pour que la plaie se draine et elle a fini par disparaître. Cela me donne l'occasion de manifester ce complexe de supériorité sur la nature qui habite l'espèce humaine en prétendant l'avoir aidé.  

Lymantria dispar (enfin je crois) dans toute leur beauté

Cette année, il en pleut des chenilles qui ressemblent à des spongieuses, les larves d'un papillon nocturne appelé le Bombyx disparate (Lymantria dispar). Si notre bouleau pensait échapper à ce fléau européen en s'installant en Amérique, c'était sans compter sur Étienne Léopold Trouvelot qui introduisit le ravageur en 1869. Normalement, l'arbre devrait y survivre, car si les chenilles en profitent, elle finiront par faire profiter les oiseaux, les insectes qui les parasitent et quelques pathogènes de lépidoptères. À ce propos, j'ai déjà vu quelques fourmis charpentières en rapporter vers leur colonie, probablement établie dans le cabanon du voisin. D'ailleurs, peut-être devrais-je lui en toucher un mot, lui qui croit s'en être débarrassé.

G
M
T
Fonction Sound est limitée à 200 caractères

Et pourquoi pas un pimbina ?

Viorne trilobée
Viorne trilobée

Quand on veut planter un arbuste dans son jardin, on va généralement acheter le dernier truc cher à la mode à la jardinerie du coin, souvent un arbuste arraché à son continent d'origine ou fabriqué de toutes pièces qu'il faudra abrier l'hiver et désabrier au printemps. À la place, on pourrait très bien planter un arbuste indigène; il y en a de très beaux comme le sureau du Canada ou l'aubépine et de très parfumés comme le chalef (ah, le parfum du chalef...plutôt un petit arbre qu'un arbuste). 

Viorne trilobée
La viorne trilobée est une petite maligne: elle fait quelques grosses fleurs voyantes, mais stériles, en périphérie pour attirer les insectes et plein de petites fleurs fertiles au centre qui donneront des grappes de fruits. Chez la viorne comestible, toutes les fleurs sont identiques.

Le pimbina, quant à lui, a cet avantage sur les autres qu'il fait de la lumière au printemps, de l'ombre en été et des fruits en automne, qu'il est vigoureux et qu'il prend la forme qu'on lui donne. Le nôtre vient d'un fruit ramassé dans le parc du Mont-Tremblant. Il s'agit d'une viorne trilobée (Viburnum opulus var. americanum), à ne pas confondre avec la viorne comestible (Viburnum edule) qui porte le même nom vernaculaire. De toute façon, la confusion est sans conséquence puisque toutes les viornes du Québec (il y en a 9 en comptant la viorne mancienne d'origine européenne) produisent des fruits comestibles quand ils sont mûrs.

Viorne trilobée
Viorne trilobée, comme sa feuille. Celle de La viorne comestible peut l'être aussi

Toutefois, comme comestible ne veut pas nécessairement dire bon, pour la consommation, il vaut mieux choisir les fruits des pimbinas. Ils s'utilisent comme les canneberges sous forme de gelée, de confiture ou même de jus de fruit (voir ici), ou encore simplement cuits pour accompagner une viande. J'ai toujours entendu dire qu'il fallait attendre le deuxième gel avant de les cueillir, mais maintenant avec les congélateurs...      

Un 30 mai dans le parc national de Plaisance

Entre Montréal et Ottawa, le parc national de Plaisance est une presqu'île qui s'avance dans la rivière des Outaouais, une frontière naturelle entre l'Ontario au sud et le Québec au nord. 

Rivière, baie, étangs, et marais, les paysages de la presqu'île sont évidemment imprégnés par l'eau et s'il reste suffisamment de forêt à l'ouest pour se faire une idée de ce à quoi pouvait ressembler le paysage avant l'arrivée des européens, la plus grande partie du territoire, défrichée et cultivée par les colons, est devenue de la prairie.

Comme il y a longtemps que nous n'étions pas venus, nous avons marché une bonne partie du territoire, mais si vous voulez économiser vos semelles, la partie la plus intéressante pour des naturalistes est le secteur boisé et marécageux à l'entrée de la presqu'île, côté village de Plaisance. On y trouve une plus grande diversité d'habitats et donc de faune et de flore, en particulier des milieux humides.

De l'ouest vers l'est, la forêt humide et les marécages cèdent progressivement le pas à la prairie
Le ouaouaron (Lithobates catesbeianus). Cela aurait pu être une grenouille verte si les plis qui partent de l'oeil et contournent les tympans s'étaient prolongés sur le dos.
Des sarcelles à ailes bleues se baignent sous la surveillance d'une tortue peinte
Il n'y a pas que l'iris versicolore dans la vie, il y a aussi l'iris faux-acore qui est - comment dire - plus jaune.
Sur mon compte Facebook, j'avais prétendu avoir rencontré un vison déterminé à me barrer la route, mais je me dois ici de rétablir la vérité. Je me donnais le beau rôle. En réalité, c'est nous qui lui barrions la route et lui qui était déterminé à passer sans se mouiller. Nous aurions accédé à sa demande sans rechigner s'il avait été un ours ou un orignal, mais un vison...
Le tyran tritri aime les milieux ouverts agrémentés de perchoirs
Ce qu'il reste des asclépiades après que l'hiver soit passé
Ce qu'il reste des goglus des prés après que l'agriculture industrielle soit passée; nous aurions du en voir des dizaines dans ces prairies. Après avoir désespérément tendu l'oreille, nous n'avons trouvé que celui-là.

G
M
T
Fonction Sound est limitée à 200 caractères