Trente centimètres plus haut

Rien à voir avec le rebond isostatique post-glaciaire qui est d'environ 2 mm/an dans le sud du Québec, mais le sol s'est élevé de 30 cm depuis hier. Toute cette neige fait le bonheur des oiseaux et de ceux qui les nourrissent. 

Quand même, la question se pose: "comment peut-on prétendre sur twitter être un partisan de l'écologie sauvage (non-interventionniste) et nourrir les oiseaux ?"   

En attendant de retrouver leur nid dans le coin du cabanon les bourdons pourront toujours faire de la glissade 

De la grosse qui colle

Pendant que j'entretenais mon entorse lombaire en déneigeant l'entrée de la maison, ma blonde a apprivoisé deux harfangs de neige.

Un 12 janvier à Longueuil

De la belle visite au jardin ce matin, en la personne de madame grand-pic. Monsieur aurait le front et les moustaches rouges.

Les trois pas du fox-trot

Quand il parcourt son territoire, le renard roux, comme les autres canidés, préfère le trot à la marche ou au galop. C'est une allure qu'il décline de trois façons - le trot (régulier), le trot de côté et le trot projeté - et qui laisse des pistes distinctes pour le naturaliste qui passe derrière lui. Le choix du trot dépend du terrain, de la vitesse que le renard adopte et d'autres paramètres qu'il est le seul à connaître. 

Quel que soit le pas utilisé, les pattes se déplacent toujours deux par deux (avant-gauche avec arrière-droite et avant-droite avec arrière-gauche); faisant en sorte que le renard a presque toujours deux pattes opposées au sol, à l'exception de la fraction seconde du changement de paires pendant laquelle aucune patte ne touche le sol.

Piste de renard roux au trot

Le trot "régulier" est le plus lent des trois et ne laisse qu'une piste rectiligne composée d'une seule empreinte de patte à intervalle régulier (voir le schéma ci-dessous). Elle s'explique par la superposition des pattes postérieures sur les pattes antérieures. C'est l'allure du renard relax, maître chez lui, en quête de proie; c'est aussi celle que l'on rencontre le plus souvent.

Lorsque le trot s'accélère, les pattes se décalent et les postérieures se posent de plus en plus en avant des  antérieures. On dit alors que le pas est méjugé.

À une vitesse plus élevée, les pattes postérieures risqueraient de rencontrer les antérieures. Pour éviter cela, le renard adopte le pas de côté qui se traduit par une double empreinte de pas disposée à intervalle régulier; une patte (la postérieure) précédent l'autre (l'antérieure opposée), toujours du même côté. C'est l'allure tout aussi fréquente, du renard pressé et peut-être préoccupé. Le trot de côté oblige le renard à marcher en crabe et son corps fait un léger angle par rapport à la direction qu'il suit.  

Une autre façon de trotter plus rapidement en évitant que les pattes antérieures et postérieures se touchent est de ramener chaque postérieure vers l'avant en les faisant passer par l'extérieur. C'est le trot projeté, moins fréquent, qui laisse une piste à double empreinte avec la postérieure en avant comme celle du trot de côté. Toutefois, au lieu d'être alignées comme précédemment, les paires d'empreintes sont régulièrement décalées à droite et à gauche, d'un pas à l'autre (voir le schéma à la fin). 

Renard roux trottant de côté 
Les trois trots du renard: le trot "régulier" (en haut), le trot de côté (au centre) et le trot projeté (en bas)

Source principale: Traces d'animaux du Québec, Mark Elbroch, Éditions Broquet

Un 10 janvier au parc des étangs Antoine-Charlebois

Personnellement, je ne me serais pas risqué sur la glace sans une bonne raison, mais les cerfs semblent passer, alors...

Les saisons ne changent rien à la beauté de l'endroit et le parc des étangs-Antoine-Charlebois est décidément un des mes endroits préférés, plus même que mon pauvre Boisé du Tremblay qui ressemble de plus en plus à un parc à chiens.

La ville de Sainte-Julie et Nature Action Québec ont su mettre en valeur cette friche industrielle sans dénaturer les lieux. La renaturalisation déjà bien avancée peut y suivre son cours sans subir la pression de sentiers trop larges ou trop aménagés. Il ne reste plus à espérer que les résidents comprennent leur chance et se laissent gagner par le charme des lieux jusqu'à avoir envie de le préserver.

Dans le parc lui-même, nous n'avons vu ou entendu que quelques pics, mais au retour, nous avons croisé une bonne dizaine de buses au bord de la route, des "pattues" et des "à queue rousse". Parmi elles, une buse à queue rousse (celle de la photo) sur laquelle je n'arrive pas à me prononcer. S'agit-il d'une forme sombre ou de la race de Harlan; j'ai confié le verdict à iNaturalist.

PS1: En y regardant de plus près, la coloration uniforme de la poitrine suggère plutôt une forme sombre. Une "Harlan" aurait des stries plus pâles.

PS2: Finalement, iNaturalist identifie la buse comme étant une buse pattue, dont il existe également une forme sombre; ainsi soit-il.

Buse pattue
Buse à queue rousse de forme sombre ou de la race de Harlan 

De drôles de traces

Nous sommes dans le parc national du Mont-Tremblant, un 14 décembre. Nous marchons dans une forêt mixte du massif des Laurentides quand nous croisons une piste étrange laissée par un animal dans la neige fraîche de la nuit passée. 
C'est la première fois que nous voyons ce genre de trace: 17 cm de largeur, délimitée par une rainure de chaque côté et entre les deux, la neige labourée sans foulée discernable ni empreintes nettes. De quoi exciter la curiosité. À première vue, ce n'est ni un animal qui rampe (la neige serait tassée pour donner l'aspect d'une traînée) ni qui saute (il y aurait 2 ou 4 empreintes de pattes regroupées à intervalles réguliers). 
Le premier réflexe est de faire une liste des mammifères susceptibles de vivre dans la région en éliminant d'office les souris, les campagnols et les musaraignes...trop petits. Ensuite, on élimine ceux que l'on connait: les gros canidés (coyote, loup), les gros félidés (lynx, on ne pense même pas au puma, disparu), les cervidés (cerf de Virginie, orignal) et l'ours noir. Il reste les inconnus - beaucoup trop - et les connus dans des situations inhabituelles.
À partir de là, on ne peut plus faire que des hypothèses que nous vérifierons en rentrant, comme par exemple un opossum (de loin la plus farfelue, mais comme nous n'en avons jamais vu) un renard roux ou un mustélidé (martre, pékan) transportant une grosse proie qui traîne de chaque côté de sa gueule (celle-là n'est pas mal non plus dans le genre farfelu), un porc-épic dont nous n'avons jamais vu les traces dans la neige ou une mouffette rayée. 
Finalement, après consultation de quelques références, nous en sommes restés au porc-épic, mais sans certitude. J'ai bien sûr posté mes photos à iNaturalist dans le projet North America Animal Tracks Database dans l'espoir qu'un spécialiste confirme ou infirme l'hypothèse.