Un ail, des aulx

Ail des bois

Depuis cinq ou six ans, j'entretiens avec beaucoup d'attention un pied d'Ail des bois (Allium tricoccum), une espèce d'ail sauvage protégée au Québec. Sa popularité ayant failli lui coûter la vie, sa cueillette est maintenant limitée à cinquante  pieds par personne et par an; ce qui me parait déjà beaucoup.
Jusqu'à cette année, mon ail faisait ses deux feuilles tôt au printemps, qui se flétrissaient et disparaissaient mi-juin me laissant sur l'impression que je ne les reverrai plus jamais (mon jardin n'est pas une érablière). 
Comme avec le temps, va, tout s'en va, j'ai fini par ne plus m'inquiéter. Passée la fin juin, je ne regardais même plus de son côté et laissais les véroniques à feuilles de serpolet envahir son espace. Cette année, alors que je vérifiais justement qu'elles n'exagéraient pas, j'ai aperçu la hampe florale de mon ail,  surgie de terre comme une espèce d'incongruité violacée au milieu des véroniques. 
Ces 10 centimètres carrés du jardin se sont soudainement mis à accaparer toute mon attention. Je me suis remis à arroser, surtout pendant la canicule, et j'allais y faire un tour quotidiennement pour suivre l'évolution des  choses. Je dois dire que sa floraison a été un peu décevante, rien à voir avec les parterres d'Ail des ours (Allium ursinum) que j'avais vu fleurir dans ma Touraine natale. 
Cet ail a des excuses. Il n'est pas vraiment dans son habitat, c'est sa première et il est tout seul. Aujourd'hui, il en est à la production de graines, mais il prend son temps. La croissance, la multiplication, tout est lent chez l'ail...sauf la récolte, ce qui explique l'état de sa population. Comme il parait qu'avec la floraison, le bulbe en profite pour se diviser, on peut espérer un doublement de l'effectif pour le printemps prochain, et peut-être des germinations. 

Ail des ours