Chouette rayée, Strix varia, Barred Owl


Une promenade au Mont Saint-Bruno, hier, nous a valu une belle rencontre. Nous étions sur le chemin du retour, nous disant qu'il n'était pas question de rentrer sans avoir fait une belle observation. Ma blonde pensait à un renard, moi à rien comme d'habitude. Notre conciliabule fut interrompu par un mouvement perçu par le coin de mon oeil droit. C'est toujours des coins que vient la surprise. L'oeil gauche eut tôt fait de s'aligner sur le premier afin d'identifier la bête.

C'était gros, plus gros qu'un gros épervier, même un autour des palombes. C'était brun, mais il faut se méfier de cette couleur qui est souvent la première à venir à l'esprit pour décrire une observation furtive. Le battement silencieux nous fit penser à une chouette ou à un hibou. Se précipiter sur les jumelles pour confirmer l'identification nous aurait irrémédiablement fait perdre l'oiseau de vue. Alors, nous l'avons suivi du regard, silencieux et immobiles, en espérant que son vol ne l'entraîne pas trop loin. Quand il se percha enfin, nous pûmes constater qu'il s'agissait d'une chouette rayée. 
Entre la lapone, immense, et la rayée au regard insondable, je ne sais pas laquelle des deux m'impressionne le plus.