Un 10 novembre dans le parc national de la Yamaska

L'érablière sait à quoi s'attendre et elle est prête
Forts de leur expérience, ces vieux pommiers aussi

Après un petit deux-centimètres de neige préhivernale, le réchauffement climatique nous offre un sursis d'été avec une semaine autour de 20°C. Autant en profiter pour faire l'école buissonière en allant se promener au parc de la Yamaska. Trop fréquenté, trop familial, trop aménagé, la nature y est pourtant belle. Avec ses plantations de conifères bien alignés, ses vergers abandonnés et ses chemins bien tracés, c'est une nature à l'européenne, c'est-à-dire plus campagne que sauvage.

Bah, la journée était tellement belle que nous n'avons pas boudé notre plaisir; la lune non plus qui avait donné rendez-vous au soleil. Sur le réservoir, il y avait des oies des neiges en escale, et dans le sous-bois, les pieds dans l'eau, cette Dorine d'Amérique (Chrysosplenium americanum, de la famille des Saxifragacées) que je n'aurais pas reconnue si je ne l'avais pas croisé la semaine précédente en pourvuivant ma mise à jour de la Flore laurentienne.  

OIes des neiges
Sittelle à poitrine rousse
Dorine d'Amérique