Un 31 août dans le parc national des Grands Jardins

Au Québec et partout où ils existent, il y a au moins deux espèces d'oiseaux qui ne refusent jamais une main tendue, surtout quand elle est pleine de graines. C'est la mésange à tête noire, qui fait la joie des petits et des grands dans les parcs des grands centres urbains, et le mésangeai du Canada, qui fait celle des campeurs; enfin peut-être pas de tous puisqu'on le surnomme "Camp Robber" en Anglophonie.

Si la mésange se trouve - et vous trouve - facilement, le second en revanche se mérite un peu plus. Grand amateur d'épinettes dans lesquelles il perche son nid, il faut aller le chercher dans les forêts boréales ou de montagne. Pour le reste, il suffit d'installer son campement pour voir rappliquer l'opportuniste, un brin  chapardeur (il faut bien le reconnaitre). Mais quand il accepte de venir se percher sur votre main, c'est le bonheur et on lui pardonne tout.

Cet été, nous en avons croisé au parc des Grands Jardins, dans un décor qui leur va bien, en altitude au milieu des épinettes noires et des lichens géants dont raffolent les orignaux. Bien sûr ce sont eux qui nous ont trouvés et interpellés. Heureusement, nous avions de quoi payer le passage.