Biodiversité

Tandis que les feuilles achèvent leur unique migration verticale, celle des oiseaux continue à battre son plein et la biodiversité aviaire augmente temporairement au jardin. Aux estivants qui s'attardent, à ceux qui endurent l'hiver et aux hivernants qui s'annoncent, il faut ajouter les voyageurs de passage qui se désaltèrent à l'un des rares points d'eau non chlorée du quartier.
Grives solitaires, bruants à couronne blanche et à gorge blanche, chardonnerets jaunes, roselins familiers et pourprés, mésanges à tête noire, cardinaux rouges, bernaches du Canada, juncos ardoisés, écureuils gris, tourterelles tristes, ratons laveurs et geais bleus font leur cinéma.      
Pas de merles ? Pourtant le journal du jardin indique qu'ils devraient être en train de dévorer les pommettes de l'arbre de notre voisine, depuis hier. Le temps de vérifier à la fenêtre et ils sont là. Un jour de retard, nous ne ferons pas de scandale; d'autant plus que l'année a été étrangement longue avec un printemps hâtif et un été qui a débordé sur l'automne.
Si la nature est toujours fidèle au rendez-vous, les grives qui viennent nettoyer notre vigne vierge de ses raisins devraient arriver demain. Nous verrons.