Au coeur du récif

Le 25 août dernier, nous revenions d'un voyage dans le temps, à la chute-aux-galets plus au nord.

Alors que nous roulions vers notre époque, entre Saint-Honoré et Saguenay, une carrière en exploitation a attiré notre attention. La carte géologique la situait dans l'ordovicien moyen (entre -470 et -458 millions d'années) et selon mes informations, on en tirait de la pierre concassée destinée à la voirie et à la fabrication du béton. Toujours en activité, il n'était évidemment pas possible d'y pénétrer, mais un peu plus loin sur le bord de la route, un affleurement rocheux nous fit signe de nous arrêter. Impossible de résister. 

Après avoir stationné la voiture sur l'accotement, nous nous sommes glissés entre les conifères en suivant un chemin pavé d'une roche grisâtre si lisse que même les mousses n'arrivaient pas à y trouver de prises. En y regardant de plus près, sa surface était constellé de marques étranges.

La partie métallique de la clé mesure 4,5 cm de long. Sur les photos, on peut voir des réceptaculites (formes rayées et pointillées en haut et en bas) et des gastéropodes (en haut, dans le coin inférieur droit)

Sans l'aide du compte-rendu d'expédition de trois géologues qui étaient passés par là dans les années 80 (voir la référence plus bas), nous n'aurions jamais su que la scène qui avait été gravée dans la pierre était la naissance d'un récif corallien. Tout y était : les réceptaculites, mi-algues mi-éponges qui se fixaient dans les boues calcaires des fonds marins, les stromatopores qui colonisaient les sédiments ainsi stabilisés et les gastéropodes qui venaient y trouver leur nourriture. 

Référence:  Harland, T. L., Pickerill, R. K., & Fillion, D. (1987). Establishment and development of patch reefs in the intracratonic Ordovician sequence near Chicoutimi, Quebec. Lethaia, 20(3), 189–208.

Entre ordovicien moyen (ci-dessus) et supérieur (ci-dessous), la scène se passe sous le point rouge dans une mer peu profonde de l'hémisphère sud; l'équateur étant la fine ligne blanche qui passe presque au pôle supérieur. Source: Ancient Earth Globe