Un 26 avril dans le boisé du Tremblay

Au fur et à mesure que le printemps s'installe, les promenades dans le boisé du Tremblay s'allongent; particulièrement ce matin, car il n'est pas tombé que de la pluie la nuit dernière. 

Probablement portés par les vents du sud qui ont amené l'humidité, de nombreux migrateurs se sont ajoutés aux bruants à gorge blanche et aux roitelets à gorge rubis arrivés il y a deux jours. Nous avons même croisé notre première paruline, une paruline à couronne rousse, pas du tout celle que nous nous attendions à voir. Il y avait aussi des bruants des marais, des bruants fauves, des grives solitaires, des quiscales rouilleux, des tonnes de roitelets à couronne rubis (et pour faire une tonne de cet oiseau, il en faut beaucoup), et parmi eux, un roitelet à couronne dorée. 

Bruant des marais

C'est une sorte d'avant-goût de Pointe-Pelée (Ontario), destination pour laquelle nous partons demain avant l'aurore; c'est quand même à neuf heures et demie de route. Point le plus au sud du Canada, sur la rive nord du lac Érié, cet échantillon de la forêt carolinienne est un point de passage obligé pour les migrateurs qui traversent les Grands Lacs, incluant les Monarques. La légende veut que lorsque les vents sont favorables, ils sont des milliers à tenter la traversée de nuit et à s'échouer à l'aube, épuisés, sur la plage de Pointe-Pelée.

En fait, ce n'est pas tout à fait une légende, juste une réalité de quelques années auparavant, d'avant l'agriculture industrielle, des tours à bureaux de nos centre-villes éclairées la nuit sur lesquelles les migrateurs s'écrasent, d'avant la destruction massive des habitats naturels (il n'y a qu'à regarder une vue satellite du coin sur google earth pour s'apercevoir de l'étendue du problème).

Quiscale rouilleux: remarquez la nuance de brun sur la tête qui le distingue du quiscale bronzé et la queue beaucoup plus courte et droite que celle de son congénère.

Aucun commentaire: