Amiante

Il y a des régions qu'il faut vouloir visiter pour un jour y poser les pieds; celle de l'amiante (Chaudière-Appalaches, Québec, Canada) en fait partie. C'est une région bien particulière car c'est une des seules parties du monde où l'amiante n'est pas dangereux. Ici, on en fait même des bardeaux pour le revêtement extérieur des maisons. Et puis, vous n'avez qu'à lancer dans la conversation: "L'amiante, ouais...ce n'est pas dangereux ?" pour qu'on vous réponde inévitablement: "Mon grand-père a travaillé à la mine toute sa vie et il n'a jamais eu de cancer."
Ainsi soit-il. Le mien a fumé toute sa vie et il n' a même pas eu un soupçon d'emphysème. Il faut croire que les grand-pères sont à l'abri de tout. D'ailleurs n'est-ce pas pour cela qu'ils vivent si vieux ?


L'amiante est un terme un peu vague pour désigner toutes sortes de minéraux fibreux. Dans la région de Chaudière-Appalaches, il s'agit du chrysotile, un silicate de couleur blanche qui est associée à la serpentine; la serpentine  étant une famille de minéraux dont certains ont une couleur verdâtre et auxquels la cristallisation a donné une vague apparence de peau de serpent. Les serpentines sont des roches métamorphiques, c'est-à-dire qu'elles ont été transformées par la chaleur et la pression du sous-sol, et en l'occurence du manteau supérieur. Dans la région, c'est la tectonique des plaques qui nous les a révélées.


À une époque où les étoiles n'occupaient pas tout à fait la même position qu'aujourd'hui (600 millions d'années auparavant), l'océan Iapétus séparait les continents Laurentia (Amérique du Nord et Groenland), Avalonia (Terre-Neuve, Nouvelle-Écosse, Nouvelle-Angleterre, Irlande méridionale, Angleterre, Pays de Galles, Belgique, nord de la France, Pays-Bas, moitié nord de l'Allemagne et nord-ouest de la Pologne) et Baltica (Scandinavie, Pays baltes, nord-est de la Pologne, nord-ouest de la Russie, Biélorussie et nord de l'Ukraine). Je vous passe les détails, mais la dérive des continents a fait en sorte, il y a 420 millions d'années, qu'un arc insulaire venant du sud a percuté Laurentia, faisant disparaître Iapétus et donnant naissance à la chaîne des Appalaches. Puis une seconde collision entre Laurentia et Baltica a fini le travail. C'était juste avant l'apparition de l'Océan Atlantique. Toutes ces collisions, glissements de plaques et plissements ont permis à des fragments métamorphisés du fond de Iapétus, ce qu'on appelle des ophiolites, de remonter du sous-sol et d 'affleurer dans la région de Thetford Mines.

La première chose qui impressionne quand on arrive, ce sont les immenses terrils qui barrent l'horizon de la ville; aussi haut que les montagnes alentours, mais nus. Le guide payé par la compagnie vous expliquera qu'ils sont stériles mais qu'à la longue, la végétation finit par y repousser et qu'ils perdent de l'altitude en se compactant. L'environnementaliste, qui a du mal a trouvé des subventions, vous dira que rien n'y pousse à moins d'un apport de compost tellement coûteux que le projet est tombé à l'eau. Il vous apprendra aussi que le ruissellement entraîne les résidus miniers dans les lacs qui se comblent. Certains ont déjà disparu, les autres attendent leur tour mais sont déjà si peu profonds que les eaux ne sont plus assez froides pour y abriter la vie.

Mais, oublions un instant le vilain pour nous concentrer sur le beau. Et du beau, il suffit  de se pencher pour en trouver. Les résidus miniers n'ont peut-être aucune valeur aux yeux des compagnies minières, mais ils font la joie des géologues amateurs qui ne savent pas toujours le nom des minéraux qu'ils tiennent entre leurs mains, mais qui savent néanmoins en apprécier la beauté.
Cela m'a même permis de renouer avec des épisodes heureux de mon enfance au cours desquels je traînais mes parents dans les mines désaffectées à la recherche de minéraux et de fossiles.