Tétras du Canada, Falcipennis canadensis, Spruce Grouse

Décidément, en ce 3 juillet 2012, la tourbière du parc national de Frontenac (Québec, Canada) nous réservait de bien belles surprises.
Ce fut d'abord un bruit sourd et une ombre en mouvement qui attira notre attention à quelques pas devant nous. Nous savions alors que nous venions de déranger un oiseau. Tout doit ensuite se passer très vite: on balaye rapidement l'horizon du regard pour voir si on ne peut pas le repérer et l'identifier en vol. Si on ne voit rien et qu'on n'entend pas de battements d'ailes, c'est peut-être qu'il s'est posé à proximité. Alors on reste sur sa position et on regarde autour.
Et là, à gauche, à hauteur du regard sur une branche basse, un mouvement nous révéla un poussin que nous avons d'abord identifié comme une Gélinotte huppée, d'une part parce que nous ne connaissons pas bien les traits distinctifs des poussins des différentes espèces de tétras et de gélinotte, et aussi parce que cela nous semblait le plus probable.
Comme un poussin seul, cela n'a pas trop de sens. Nous avons cherché la mère. Effectivement, elle n'était pas loin, perchée dans une épinette de l'autre côté du chemin, visiblement sur le qui-vive et pour cause. Nous nous sommes alors avancés de quelques pas pour lui faciliter le passage vers ses rejetons et faire retomber le stress, tout en prenant soin de ne pas la regarder pour lui laisser croire que nous ne l'avions pas repérée et ne pas la faire fuir. Comme il se doit, elle alla les rejoindre et commença à émettre des gloussements discrets pour les rassembler. Nous en avons compté cinq ou six sortant de nulle part.
C'est en voyant l'adulte que nous avons évidemment compris que nous étions en présence de Tétras du Canada; ce qui, en cette période de relevés pour l'atlas des oiseaux nicheurs du Québec, confirme sa nidification jusqu'ici supposée dans le secteur du Parc de Frontenac.
Certes, les images qui suivent ne sont pas toujours d'une grande qualité, mais elles permettent quand même de reconnaître l'animal.